À l’est, c’est aussi l’Amérique

Me voilà à Charlotte, la pluie m’accompagne. J’ai réservé une auto. Les États-Unis sont la démesure perpétuelle et on me donne une Fiat 500 ! J’y crois à peine. Mon petit sac rentre tout juste dans le coffre, je pars

À l’est, c’est aussi l’Amérique

Me voilà à Charlotte, la pluie m’accompagne. J’ai réservé une auto. Les États-Unis sont la démesure perpétuelle et on me donne une Fiat 500 ! J’y crois à peine. Mon petit sac rentre tout juste dans le coffre, je pars

Far Ouest

Arrivé à San José, le temps m’est compté. J’ai 3 minutes pour prendre le bus qui m’amènera prendre le dernier train de banlieue pour San Francisco. Ah la banlieue de San Francisco, le paradis pour certains ! de San José

Far Ouest

Arrivé à San José, le temps m’est compté. J’ai 3 minutes pour prendre le bus qui m’amènera prendre le dernier train de banlieue pour San Francisco. Ah la banlieue de San Francisco, le paradis pour certains ! de San José

Pause mexicaine.

Un voyageur, aéroport de Lima, un matin gris. – Je peux pas vous donner votre carte d’embarquement Monsieur, je n’ai pas la preuve que vous allez quitter le territoire mexicain. – Mais j’ai un billet d’avion qui part de Montréal

Pause mexicaine.

Un voyageur, aéroport de Lima, un matin gris. – Je peux pas vous donner votre carte d’embarquement Monsieur, je n’ai pas la preuve que vous allez quitter le territoire mexicain. – Mais j’ai un billet d’avion qui part de Montréal

Ça, c’est l’Pérou.

Me voici pas très rassuré à attendre un bus au sortir de l’aéroport de Lima. Eh oui j’ai dû me battre pour ne pas prendre un taxi comme chaque touriste ! Les regards sont pressants, les conseils douteux. Le voyage

Ça, c’est l’Pérou.

Me voici pas très rassuré à attendre un bus au sortir de l’aéroport de Lima. Eh oui j’ai dû me battre pour ne pas prendre un taxi comme chaque touriste ! Les regards sont pressants, les conseils douteux. Le voyage

Saveurs argentines

Il est 5h30, Villason dort. Personne à gauche, personne à droite. Allez j’y vais, la carte, le code, les dollars, plein de dollars. Je ne compte pas, j’enfourne le tout dans mes chaussettes… Plus que 50 mètres, me voilà au

Saveurs argentines

Il est 5h30, Villason dort. Personne à gauche, personne à droite. Allez j’y vais, la carte, le code, les dollars, plein de dollars. Je ne compte pas, j’enfourne le tout dans mes chaussettes… Plus que 50 mètres, me voilà au

La Bolivie, sa montagne, ses lacs, mes larmes.

Il est 7h30. Deux blonds, un grand et un un petit attendent sur un trottoir de San Pedro de Atacama au Chili. Kevin : il est quelle heure ? Julien : 7h40. K : Bon ils sont en retard faut

La Bolivie, sa montagne, ses lacs, mes larmes.

Il est 7h30. Deux blonds, un grand et un un petit attendent sur un trottoir de San Pedro de Atacama au Chili. Kevin : il est quelle heure ? Julien : 7h40. K : Bon ils sont en retard faut

Le chili, une bande de bonheur

Après 2h de voyage, me voilà sur un quai de métro à attendre un train. La machine entre en station, la forme est nouvelle mais le bruit m’est familier. On dirait la ligne 1 de Paris. Eh oui le métro

Le chili, une bande de bonheur

Après 2h de voyage, me voilà sur un quai de métro à attendre un train. La machine entre en station, la forme est nouvelle mais le bruit m’est familier. On dirait la ligne 1 de Paris. Eh oui le métro